Le cannabis pourrait aider à soulager la dépression et le suicide chez les personnes atteintes de TSPT


Dans une analyse des données d’enquêtes sur la santé recueillies par Statistique Canada auprès de plus de 24000 Canadiens, des chercheurs de la faculté de médecine de l’UBC et du BC Centre on Substance Use (BCCSU) ont constaté que les personnes atteintes du SSPT mais qui ne prennent pas de médicaments au cannabis sont beaucoup plus susceptibles de souffrir de dépression grave et d’avoir des pensées suicidaires que ceux qui ont déclaré avoir consommé du cannabis au cours de l’année écoulée.

Il étudier, publié aujourd’hui dans Journal de psychopharmacologie, est le premier à documenter les relations entre le TSPT, la consommation de cannabis et les problèmes de santé mentale graves dans un échantillon représentatif de la population.

    Lac Stéphanie Lac Stéphanie

«Nous savons qu’avec peu d’options de traitement pour le SSPT, de nombreux patients ont pris des médicaments à base de cannabis pour soulager leurs symptômes», déclare Stephanie Lake, auteure principale de l’étude et candidate à l’enseignement en médecine et dans les écoles publiques de la faculté de médecine de l’UBC. Santé. « Cependant, c’est la première fois que les résultats d’une enquête représentative au niveau national montrent les avantages potentiels du traitement des troubles liés au cannabis. »

Les données ont été tirées de l’Enquête sur les statistiques sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2012: Santé mentale (ESCC-SM), qui comprend les Canadiens de 15 ans et plus. Parmi les 24 089 répondants éligibles, 420 ont signalé un diagnostic clinique actuel de SSPT. En tout, 106 personnes atteintes de TSPT, soit 28,2%, ont déclaré avoir consommé du cannabis au cours de la dernière année, comparativement à 11,2% des personnes sans ESPT.

Les chercheurs ont découvert que le SSPT était significativement associé à un épisode dépressif récent majeur et à des idées suicidaires chez les personnes qui ne consomment pas de cannabis. Plus précisément, les chercheurs ont constaté que les personnes qui ne consommaient pas de cannabis avec le SSPT étaient environ sept fois plus susceptibles de vivre un épisode dépressif majeur récent et 4,7 fois plus susceptibles d’avoir des pensées suicidaires.

    MJ Milloy MJ Milloy

Parmi les répondants consommateurs de cannabis, le SSPT n’était pas associé à un épisode dépressif récent ou à des idées suicidaires. Plus du quart des Canadiens atteints de TSPT ont déclaré avoir consommé du cannabis l’an dernier, ce qui est remarquablement élevé par rapport à la prévalence de la consommation récente dans la population canadienne en général (estimée à 11,4% dans la présente étude).).

Les personnes exposées à des traumatismes, y compris les survivants de blessures graves, de conflits, de violences et de catastrophes, souffrent de troubles dépressifs, de suicides et de toxicomanie à des taux disproportionnés par rapport à la population générale. On estime que le Canada a l’un des taux de prévalence du SSPT les plus élevés au monde, touchant 9,2% de la population.

«Nous commençons à peine à comprendre quel peut être le potentiel thérapeutique du cannabis pour divers problèmes de santé», déclare l’auteur principal Dr. MJ Milloy, professeur de Canopy Growth en science du cannabis à l’UBC et chercheur au BCCSU. «Ces découvertes sont prometteuses et méritent une étude plus approfondie afin de comprendre pleinement les avantages du cannabis pour les personnes atteintes de SSPT.

Sources

Faculté de médecine « Le cannabis pourrait aider à soulager la dépression et le suicide chez les personnes atteintes de SSPT ». La toile. 5 novembre 2019. https://www.med.ubc.ca/news/cannabis-could-help-alleviate-depression-and-suicidality-among-people-with-ptsd/ Consulté le 6 novembre 2019.

Achetez vos billets maintenant!  Cliquez ici